Mise au coin et moment calme, mode d’emploi Conseils pour un apprentissage réussi

Mise au coin et moment calme, mode d’emploi Conseils pour un apprentissage réussi

Suzanne Dixon

L’action


Après deux avertissements au sujet d’un comportement interdit, dites « Très bien, tu vas passer un moment calme ». Pas un mot de plus. Emmenez l’enfant et faites-le s’asseoir sur une chaise pour un moment calme.

Réglez un minuteur (une minuterie de cuisine ou l’horloge du four si l’enfant peut l’entendre au loin). Comptez une minute par année. Un enfant de 3 ans devra donc rester assis 3 minutes.
Si l’enfant se lève, rasseyez-le sur la chaise et remettez le minuteur à zéro. Ne dites rien. Il vous faudra peut-être recommencer cent fois avant qu’il ne reste sur sa chaise pendant toute la durée du moment calme.

Ne renoncez pas. Si vous cédez, cela sera encore pire la prochaine fois.

Quand le minuteur sonne, dites « C’est fini maintenant », faites-lui un câlin et restez-en là. Ne discutez pas du problème et ne mentionnez pas ce qui s’est passé auparavant.

Confiez-lui une nouvelle tâche, une alternative positive à l’activité interdite.

Les pièges fréquents


Le parent parle trop. Cela déconcerte l’enfant, acerbe la tension ambiante et énerve tout le monde. Il suffit d’exposer simplement les faits au moment où la faute est commise, comme dire par exemple « Tu as encore frappé ta sœur » puis de conclure par « C’est le moment de faire un moment calme ». Après cela, le silence est d’or.

Le moment calme conduit à trop d’attention. Si vous accordez à l’enfant plus d’attention pendant un moment calme que lorsqu’il se comporte bien, il cherchera à attirer votre attention en vous provoquant. Dans un moment calme, vous ne devez ni lui prêter attention, ni interagir avec lui.

Le parent est trop énervé. Si vous êtes vraiment très en colère, votre enfant ne tirera aucun enseignement de cette expérience. Prenez un moment pour souffler et vous calmer. Peut-être qu’un temps calme vous serait utile à vous aussi, en vous éloignant un instant, une fois que tout le monde est en sécurité.

Quand vous serez calmé, retournez voir votre enfant, dites-lui ce qui a motivé ce moment calme et faites commencer son moment calme. Veillez à n’utiliser ce scénario que dans le cas de fautes vraiment graves et à ne pas en faire une habitude. Lorsque le parent prend un moment calme, cela met en général l’enfant très en colère.

Un parent qui fait des concessions ou entre en conflit au fil du temps. Ceci va à l’encontre du but du moment calme.

Cas particuliers


Si un enfant est vraiment hystérique ou très énervé, il ne tirera aucun enseignement du moment calme. Il vaut mieux le serrer dans vos bras en silence (il est préférable que son dos soit tourné vers vous), attendre qu’il passe de l’hystérie à la colère et commencer le moment calme à partir de cet instant.

Si un enfant est malade, stressé ou très fatigué, il n’apprendra pas grand-chose et un moment calme l’épuisera encore plus. Dans ce genre de situation, éloignez-le de la cause du problème et donnez-lui ce dont il a besoin : un câlin, un en-cas, une sieste ou bien retournez à la voiture si la crise a lieu dans un magasin.

Lorsque le moment calme devient trop fréquent


• Avez-vous établi la liste des comportements que vous voulez améliorer en priorité ? Choisissez ceux qui vous tiennent à cœur et souvenez-vous que Rome ne s’est pas faite en un jour.
Est-ce que tout ceci survient dans un contexte très stressant pour l’enfant, est-ce qu’il est dans une école maternelle trop exigeante ou est-ce que l’on attend trop de lui ? Il vous faut peut-être envisager un changement (une nouvelle école, une nouvelle nounou ou une autre garderie) afin que l’enfant réussisse et n’explose pas de colère à cause de la tension accumulée chaque jour.
Prêtez-vous assez attention à votre enfant quand il se comporte bien ? Ou bien doit-il mal se comporter pour attirer votre attention et vous faire interagir avec lui ? Une approche possible est de le surprendre en « flagrant délit » de bon comportement. C’est difficile, parce que plus il se comporte mal, plus vous aurez tendance à vous éloigner et même à l’éviter. Une meilleure solution consiste à vous asseoir par terre et à jouer avec lui 20 à 30 minutes par jour.
Votre enfant s’ennuie-t-il et essaie-t-il de mettre un peu de piment dans sa vie ? Je rencontre ce comportement chez les enfants brillants qui sont plus que prêts pour la maternelle ou ont besoin de plus de défis dans leur vie.
• Êtes-vous trop stressé ? L’enfant vous provoquera pour vous faire sortir de vos gonds, même si cela signifie risquer votre colère.

Ceci pourrait également vous intéresser :