Mettre un enfant au coin

Mettre un enfant au coin

Suzanne Dixon MD, MPH

Mettre un enfant au coin peut s'avérer une discipline efficace dès 18-24 mois. Vous n'êtes pas sûre de la marche à suivre ? Suivez nos instructions étape par étape ainsi que les pièges les plus fréquents à éviter. 

Lorsqu’il s’agit de discipliner les jeunes enfants à notre époque, les familles ont souvent recours à ce que nous appelons des « moments calmes ». Pourtant, de nombreux parents ne savent pas trop comment utiliser cette technique ni mettre en place une vraie discipline et certains avouent que cela « ne marche carrément pas ». Voici quelques stratégies et quelques suggestions en matière d'éducation des enfants, pour que les moments calmes soient efficaces.

L’ABC des moments calmes

Les moments calmes sont efficaces avec les enfants âgés de 18-24 mois à 5 ans. Tous les enfants sont différents, mais en général les enfants plus jeunes ne comprennent pas bien en quoi cela consiste et les enfants plus âgés requièrent des techniques plus sophistiquées pour faire l'apprentissage de la discipline et apprendre à bien se comporter.

Un moment calme, comme mettre un enfant au coin, est une courte période pendant laquelle on soustrait l'enfant à une situation qui pose problème ou à une trop grande tentation. C'est l'occasion pour lui de se calmer, de réfléchir à la situation, de se rappeler ce que l'on attend de lui et de se mobiliser à nouveau. Si le moment calme requiert plus d'attention et d'énergie, ou génère plus de contrariété ou d'interaction avec le parent ou la personne responsable, alors il est voué à l'échec.
Pendant un moment calme, l'enfant ne doit pas interagir avec le parent ou la personne responsable. Un moment calme est conçu comme une sorte d'isolement modéré qui signifie en substance « Si tu fais cela, tu ne peux pas être avec les autres ».

Pour que ces moments calmes fonctionnent, il faut créer un modèle. Cela demande un certain investissement en temps au départ, mais la plupart des parents trouvent que cela en vaut la peine. (Si vous avez essayé les moments calmes sans succès précédemment, l'investissement de départ sera plus important que si vous n'avez jamais essayé. Remettre à plat les attentes d'un enfant est plus difficile que de bien les déterminer la première fois.)

La mise en place

Mettez une chaise dans un endroit neutre et sans intérêt, comme le coin de la salle à manger ou un hall d'entrée peu fréquenté. N’utilisez pas la chambre de l'enfant car cela peut générer des associations négatives avec un endroit qui doit rester un refuge. Et il y a trop de tentations.

Faites en sorte que l'endroit choisi se trouve à bonne distance du « lieu du crime » et des personnes responsables de l'enfant. Rester à proximité des autres procure un trop grand nombre d'occasions d'aggraver la situation par la plaisanterie ou la provocation.

Assurez-vous que l'emplacement choisi pour le moment calme soit un endroit sûr où l'enfant puisse rester seul sans surveillance. Par exemple, un endroit inadapté serait en haut des escaliers, à proximité d'objets fragiles ou d'une porte qu'il peut ouvrir.

La prise de mesure

Donnez à votre enfant un bref avertissement. « Ça suffit » le prévient qu’on risque de le mettre au coin. Si cela ne marche pas, alors dîtes « Très bien, tu vas passer un moment calme ». Pas un mot de plus. Emmenez l'enfant et faites-le asseoir sur la chaise pour le moment calme.

Réglez un minuteur. Il faut compter une minute par année d'âge de l'enfant.
Si l'enfant se lève, replacez-le sur la chaise et remettez le minuteur à zéro. Ne dites rien. Il vous faudra peut-être recommencer cent fois avant qu'il ne reste sur sa chaise pendant toute la durée du moment calme. Ne cédez pas. Si vous cédez, ce sera encore pire la prochaine fois.

Quand le minuteur sonne, dites « C'est fini maintenant », faites-lui un câlin et restez-en là. Ne parlez pas du problème.

Confiez-lui une nouvelle tâche, une alternative positive à l'activité interdite. Ne parlez même pas de ce qui s'est passé précédemment.

Les pièges fréquents

  • Le parent parle trop. Cela déconcerte l'enfant, acerbe la tension ambiante et énerve tout le monde. Il suffit d'exposer simplement les faits au moment où la faute est commise, comme par exemple « Tu as encore frappé ta sœur » puis de conclure par « C'est le moment de faire un moment calme ». Après cela, le silence est d'or.
  • Le moment calme conduit à trop d'attention. Si vous accordez plus d'attention à l'enfant pendant un moment calme que lorsqu’il se comporte bien, il cherchera à attirer votre attention en vous provoquant. Dans un moment calme, vous ne devez ni lui prêter attention, ni interagir avec lui.
  • Le parent est trop énervé. Si vous êtes vraiment très en colère, votre enfant ne tirera aucun enseignement de cette expérience. Donnez-vous un peu de temps pour souffler et vous calmer. Peut-être qu'un temps calme vous serait utile à vous aussi, en vous éloignant un instant, une fois que tout le monde est en sécurité. Quand vous serez calmé, retournez voir votre enfant, dites-lui ce qui a motivé ce moment calme et faites commencer son moment calme. Veillez à n'utiliser ce scénario que dans le cas de fautes vraiment graves et ne pas en faire une habitude.

Cas particuliers

Si un enfant est vraiment hystérique ou très énervé, il ne tirera aucun enseignement du moment calme. Il vaut mieux le serrer dans vos bras en silence (il est préférable que son dos soit tourné vers vous), attendre qu'il passe de l'hystérie à la colère et commencer le moment calme à partir de cet instant.

Si un enfant est malade, stressé ou très fatigué, il n'apprendra pas grand-chose et un moment calme l'épuisera encore plus. Dans ce genre de situation, éloignez-le de la cause du problème et donnez-lui ce dont il a besoin : un câlin, un en-cas, une sieste ou bien retournez à la voiture si la crise a lieu dans un magasin.

Pour les enfants qui ont connu de nombreuses séparations, les moments calmes génèrent trop d'émotions, ce qui annule les bénéfices éducatifs de la démarche. On rencontre souvent cela avec les enfants placés en famille d'accueil. Pour ces enfants-là, il est préférable de vous asseoir tous les deux sur des chaises placées dos à dos. La règle du silence total reste en vigueur, le minuteur compte le temps qui passe et plus aucune attention n'est portée à l'enfant – mais il ne se sent pas abandonné.

Les enfants présentant du retard dans leur développement ou une grande précocité d'aptitudes cognitives doivent être pris en charge en se basant sur leur âge mental plutôt que sur leur âge véritable. Par exemple, un enfant de 30 mois qui se comporte comme un enfant de 10 mois ne comprend pas vraiment les moments calmes.

Vous passez votre journée à faire des moments calmes ? Posez-vous des questions :
  • Avez-vous classé par ordre de priorité les comportements que vous voulez changer ? Choisissez ceux qui vous tiennent à cœur et souvenez-vous que Rome ne s'est pas faite en un jour.
  • Est-ce que tout ceci survient dans un contexte très stressant pour l'enfant, est-il dans une école maternelle trop exigeante ou est-ce que l'on attend trop de lui ? Il vous faut peut-être envisager un changement (une nouvelle école, une nouvelle nounou ou une autre garderie) afin que l'enfant réussisse et n'explose pas de colère à cause de la tension accumulée chaque jour.
  • Prêtez-vous assez attention à votre enfant quand il se comporte bien ? Ou bien doit-il mal se comporter pour attirer votre attention et vous faire interagir avec lui ? Une approche possible est de le surprendre en « flagrant délit » de bon comportement. C'est difficile, parce que plus il se comporte mal, plus vous aurez tendance à vous éloigner et même à l'éviter. C'est un aspect tout à fait normal de la fonction de parent. Une meilleure solution consiste à vous asseoir par terre et à jouer avec lui 20 à 30 minutes par jour.
  • Votre enfant s'ennuie-t-il et essaie-t-il de mettre un peu de piment dans sa vie ? On observe parfois ce comportement chez les enfants brillants qui sont plus que prêts pour l'école maternelle ou ont besoin de plus de défis dans leur vie.

Ceci pourrait également vous intéresser :