Soulager la douleur pendant le travail

Soulager la douleur pendant le travail

Elaine Zwelling

Pour certaines femmes chanceuses, l’accouchement se fait en douceur. Pour d’autres, l’accouchement peut être difficile et douloureux. Mais cela ne doit pas obligatoirement se passer ainsi. Diverses options s’offrent à vous pour vous sentir mieux pendant le travail. Essayez ces techniques d’accouchement sans douleur avant le travail à proprement parler. Vous pourrez en essayez d’autres au fur et à mesure du travail. 

1. Techniques de relaxation

Les formateurs à l’accouchement, les infirmières et les femmes qui ont utilisé cette méthode la recommandent plus que toute autre. En effet, il s’agit d’un moyen non-invasif de soulager la tension musculaire et la douleur au cours de l’accouchement. 

La relaxation corporelle progressive, c’est-à-dire détendre toutes les parties du corps une à une, est une méthode que vous pouvez apprendre et pratiquer à l’avance afin de pouvoir l’utiliser facilement quand ce sera nécessaire. 

2. Massage

Demandez à votre partenaire de vous masser les bras, les jambes ou le dos pendant le travail, afin de vous aider à vous détendre et de soulager la tension et la douleur.

3. Bascule

Passez autant de temps que possible dans un rocking chair pendant le travail : balancez-vous doucement d’avant en arrière en respirant et en vous relaxant.

4. Marche ou « Danse lente »

Le fait de marcher, ou juste de faire quelques pas autour de votre lit, diminue l’inconfort tout en permettant à vos contractions de devenir plus fortes et plus régulières. Essayez de « danser » avec votre partenaire, en vous penchant sur lui et en vous balançant d’avant en arrière.

5. Changement de positions

Ne restez pas dans la même position pendant plus d’une heure, et ne restez pas couchée à plat sur le dos. Essayez plutôt de vous asseoir sur votre lit ou sur une chaise, de vous allonger sur le côté, de vous accroupir et de vous balancer sur un ballon d’accouchement, ou de vous pencher sur le dossier d’une chaise ou sur votre lit d’accouchement. 

6. Hydrothérapie

Asseyez-vous dans la douche, dos au jet, ou étendez-vous dans un bain chaud à remous. Tous les hôpitaux ne proposent pas de chambres dotées de baignoire ou de douche. Par conséquent, si vous désirez utiliser cette méthode de relaxation pendant le travail, prenez les dispositions nécessaires avant d’accoucher auprès d’un établissement qui possède ces équipements. 

7. Application de chaud ou de froid

Un coussin chauffant ou une poche de glace placé contre votre dos permet de d’atténuer les tensions musculaires, d’améliorer la circulation sanguine et de soulager la douleur.

8. Respiration rythmée

Des schémas spécifiques de respiration vous permettent de vous détendre et de faire abstraction de la douleur ressentie lors d’une contraction. Trois techniques (lente, modifiée et rythmée) sont utilisées au cours des contractions.

9. Imagerie visuelle

Essayez de visualiser une belle image dans votre esprit, quelque chose qui vous réconforte et vous apaise. Concentrez-vous sur celle-ci lorsque vous avez des contractions.

10. Musique

Assurez-vous d’avoir vos airs relaxants préférés sur votre téléphone, votre tablette ou votre ordinateur portable. N’oubliez pas vos écouteurs !

11. Aromathérapie

La présence de parfums agréables vous aidera à vous détendre et à vous sentir mieux. Placez une lotion parfumée ou un pot-pourri dans votre chambre. 

12. Médicaments relaxants

Les médicaments relaxants peuvent être utilisés à tout moment pendant le travail. Il se peut qu’un relaxant et d’autres techniques douces ci-dessus suffisent pour que vous supportiez les contractions. 

13. Antidouleurs

Administrés en injection, ces médicaments diminueront l’intensité de vos contractions. Comme ces médicaments sont puissants, ils peuvent affecter votre bébé et doivent être utilisés avec précaution. Ils peuvent également causer chez vous une sensation de somnolence ou des nausées. 

Ces médicaments ne peuvent être administrés que lors de la phase active du travail. Ils ne sont pas proposés au début du travail, car ils peuvent ralentir ou stopper les contractions, ni lorsque vous poussez, car ils pourraient nuire au bébé après sa naissance.

14. Péridurale

Une péridurale, une injection d’anesthésique dans la colonne vertébrale, élimine la sensation des contractions. 

Elle fait de l’effet au bout de 30 minutes. Bien que la péridurale procure un soulagement quasi total, elle n’est pas sans risques : administrée trop tôt, avant que le travail ait bel et bien commencé, la péridurale peut ralentir ou interrompre le travail. D’autres interventions seront nécessaires (comme l’administration de médicaments ou la rupture de la poche des eaux) pour que les choses progressent. 

Une péridurale peut être à l’origine d’une baisse de tension artérielle et elle augmente les risques d’utilisation de forceps durant la naissance, parce que la relaxation abdominale est plus importante et que la maman ne peut plus pousser autant. Une césarienne peut même parfois s’avérer nécessaire si le travail est interrompu. 

Certains hôpitaux n’administrent les péridurales qu’aux femmes se trouvant dans le service principal et insistent pour que les femmes effectuant leur travail au sein d’un espace physiologique ou en collaboration avec leur médecin généraliste soient transférées pour en bénéficier. Assurez-vous d’avoir déjà discuté des avantages et des inconvénients ainsi que de la disponibilité d’une telle procédure avec votre sage-femme avant que le travail ne commence.

Il existe aussi désormais des péridurales à faible dose. Cette nouvelle méthode consiste en un dispositif de perfusions de péridurale continues à faible dose ou en l’administration d’une partie de la dose à même le liquide spinal. L’objectif recherché est que vous puissiez conserver votre puissance musculaire afin de pouvoir continuer à marcher et être capable de mieux pousser en vue de faciliter la naissance. Cela diminue donc le recours aux forceps ou aux ventouses lors de l’accouchement à proprement parler. Tous les hôpitaux ne la proposent pas.

 

15. Gaz et air

C’est un mélange d’oxyde d’azote et d’oxygène que vous inhalez à travers un masque. Il était autrefois surnommé « gaz hilarant » en raison de son effet étourdissant. Il est plus utile pour un usage à court terme lors de la phase active du travail, afin d’atténuer les fortes contractions qui surviennent à ce moment précis. Il est efficace, bien qu’une utilisation correcte nécessite de la pratique. Il suffit simplement que votre partenaire chronomètre vos contractions et que vous preniez deux ou trois bonnes bouffées juste avant qu’elles ne commencent. Ne respirez pas de gaz durant les contractions et détendez-vous. Le gaz met environ 30 secondes pour parvenir au cerveau, ce qui coïncide avec le point culminant de la contraction.


16. Stimulation nerveuse électrique transcutanée (SNET)

Il s’agit d’un appareil qui produit de petits chocs électriques via un coussinet placé dans le bas de votre dos. Le cadran permet d’en régler la puissance. Provoquant de légers picotements, la décharge arrête les signaux de douleur provenant de l’utérus, qui remontent le long de la colonne vertébrale. La SNET s’avère plus efficace en début de travail et ne fonctionne que chez certaines personnes. Certains services mettent ces machines à disposition en libre-service. D’autres les proposent via un service de location privé. Si vous souhaitez faciliter votre travail grâce à ce procédé, renseignez-vous préalablement auprès de votre sage-femme. 

Il est difficile de savoir à l’avance quelles mesures de confort douces ou quels antidouleurs vous souhaiterez utiliser. Vous pourrez prendre les décisions qui s’imposent en temps voulu, en fonction de l’intensité et de la durée du travail. Le plus important, à présent, c’est de faire vos devoirs. Récoltez un maximum d’informations sur les options qui s’offrent à vous, parlez-en à votre sage-femme ou gynécologue, et faites-vous confiance pour ce qui est de votre capacité à prendre les décisions les plus judicieuses pour vous et votre bébé le moment venu.

Ceci pourrait également vous intéresser :

Lingettes

Lingettes Pampers® Sensitive

Testées dermatologiquement pour être douces avec les peaux sensibles.