Travail et accouchement : attentes et réalité

Travail et accouchement : attentes et réalité

La naissance de mon fils s’est déroulée à la fois comme je l’avais imaginée et absolument pas telle que je l’avais imaginée. Et, croyez-moi, j’ai passé beaucoup de temps à penser à la façon dont ça se passerait ! 

J’avais une bonne idée de ce à quoi ressemblerait l’accouchement, mais quand cela se produit effectivement, il faut le vivre pour comprendre réellement. Voici les vérités sur la naissance – la douleur et la joie du travail et de l’accouchement – impossible à expliquer dans un livre. 

La douleur

J’ai eu un accouchement naturel. Pour me préparer à la naissance, j’ai suivi des cours de préparation à l’accouchement pendant 12 semaines et j’ai lu de nombreux livres. J’ai été surprise de découvrir que la douleur de l’accouchement n’est pas constante. Il y a de nombreuses « pauses » entre les contractions. 

Je ne dirais pas que ces pauses sont relaxantes, mais elles sont des moments de soulagement bienvenus. Vers la fin du travail, j’étais très fatiguée et mon corps « passait » même des contractions pour me permettre de me reposer et de reprendre des forces.

Gêne

Je pensais que j’aurais honte de mon inaptitude à contrôler les fonctions organiques qui accompagnent la naissance. De nombreuses femmes vont à selle où urinent sur la table d’accouchement à cause de la force qu’elles exercent pour expulser le bébé ! 

Cette idée était horriblement gênante jusqu’à ce que ça m’arrive. Croyez-moi : cela n’aura aucune importance quand vous serez en train d’accoucher.

« Je te déteste ! »

Dans les films, on voit souvent des femmes hurler à leur partenaire des choses comme « Je te déteste ! Comment as-tu pu me faire une chose pareille ? ». 

Mon mari m’a été d’un grand soutien, aimant et aux petits soins avec moi pendant le travail. Je n’ai jamais pensé à lui dire que je le détestais ! Au lieu de cela, je n’ai pas arrêté de lui dire à quel point je l’aimais.

Il existe un équilibre à tout cela. Certains aspects de l’accouchement étaient exactement tels que je les avais imaginés. 

La douleur

La douleur était différente de ce que j’avais imaginé car elle n’était pas constante. La douleur générale cependant était telle que je l’avais imaginée. Avant la naissance, j’ai passé beaucoup de temps à imaginer la douleur que je ressentirais et comment la gérer. Cela m’a beaucoup aidé. Imaginez-là et pensez à la manière dont vous la gèrerez. Vous en aurez besoin le jour J.

La joie

J’ai imaginé qu’au moment où mon fils verrait le jour, je le regarderais, submergée de joie. 

Et c’est exactement ce que j’ai fait ! 

La naissance de mon fils a été une expérience spirituelle qui nous a profondément transformés, mon mari et moi. Le choc émotionnel que j’ai ressenti lors de l’accouchement était d’une profondeur inouïe. 

Indéniablement, le plus beau moment de ma vie.


Ceci pourrait également vous intéresser :

Jeu pour les bébés : Attrape

  • Localité

    À l’intérieur et à l’extérieur

  • Favorise

    La motricité

  • Ce dont vous aurez besoin

    Balles molles de tailles, de couleurs et de textures diverses