Comment communique votre bébé

Comment communique votre bébé

Annette Karmiloff-Smith PhD, FBA, FMedSci, MAE

Rien n’est plus important pour les nourrissons que les liens émotionnels profonds qu’ils construisent progressivement avec leurs parents. C’est un élément important dans le fait d’être parent. Ces liens émotionnels forts sont tout aussi importants pour les parents. En effet, quoi de plus émouvant que le premier sourire, le premier gazouillis, le premier au revoir de la main, et les premiers bruits de bébé qui ressemblent à un mot ?

Quand commence le dialogue ? Quand se créent les liens émotionnels ? 

On pensait autrefois que le dialogue ne commençait que quand bébé pouvait prononcer de courtes phrases, vers 18-24 mois. Mais nous savons aujourd’hui que l’interaction du dialogue commence bien avant cela. Même au cours du dernier trimestre dans l’utérus, les débuts d’un dialogue apparaissent. Lorsque la mère voit que son bébé bouge, elle parle souvent à son ventre. Et lorsque le fœtus entend sa voix, il peut s’arrêter un instant, puis recommencer à donner des coups de pied, ce à quoi sa mère répond en poursuivant la conversation. Ces mini-dialogues se produisent souvent lorsque la mère se repose et est plus consciente des mouvements de son bébé.

À partir de la naissance, les parents commencent immédiatement à dialoguer avec leur nourrisson, ils ne peuvent pas s’en empêcher. Ils parlent sans cesse à leur bébé comme s'il comprenait tout, en lui disant par exemple « Bonjour bébé, comment vas-tu aujourd'hui ? » d'une voix chantante pour attirer l'attention de leur nouveau-né. Bientôt, le bébé commence à répondre en battant des jambes. Presque inconsciemment, le parent s’arrête brièvement pour laisser son bébé s’exprimer à travers l’émergence de ces compétences de conversation naissantes, pré-linguistiques.

Les pleurs

Les bébés disposent de nombreuses façons de transmettre leurs intentions et leurs sentiments avant de pouvoir parler. Les pleurs sont-ils un geste de communication ? Après tout, les bébés pleurent pour indiquer qu’ils ont faim, mal, que leur lange doit être changé ou qu’ils ont simplement besoin de compagnie. Comprendre ces pleurs est un aspect important de l'éducation parentale.

Fait intéressant, les différents pleurs se différencient de plus en plus au cours des premiers mois de vie, de sorte que la maman peut reconnaître à quoi correspond chaque type de pleur. N’oublions pas que la communication avec les nourrissons est une activité qui va dans les deux sens. Plus la mère répond de façon appropriée aux différents pleurs de son bébé, plus elle renforce la signification de chaque pleur pour son bébé. C’est ainsi que se créent les liens émotionnels.

Plus tard, les enfants peuvent exprimer des sentiments négatifs, pas seulement en criant, mais aussi en tapant sur la table ou sur le sol. Le fait que les pleurs et ces autres signes de colère comptent en tant que « gestes » est un sujet de débat.

Le sourire et le froncement de sourcils

Le sourire et le froncement de sourcils sont d’autres moyens par lesquels les bébés peuvent affecter le comportement de communication de leurs parents. En fait, les premiers « sourires » des bébés ne sont que des grimaces, mais les parents réagissent avec un grand enthousiasme à ce qu’ils pensent être un sourire et sourient eux-mêmes. Le bébé remarque cette réaction, décide que cet élément donne lieu à des réactions positives dans son environnement et essaie de reproduire le « sourire ». C’est ainsi qu’une interaction agréable se développe... 

Développement de la communication précoce avec les nourrissons

Au-delà des cris précoces et des sourires et froncements de sourcils, le bébé répond initialement aux paroles de ses parents en bougeant les jambes et, vers 3 mois, en faisant des bruits avec sa bouche et en roucoulant. Ce n’est que vers 10-13 mois que la majorité des enfants produisent leurs premiers mots reconnaissables. Mais n’allez pas croire qu’ils ignorent le langage avant cela. Des études révèlent que, bien avant qu’ils n’émettent leurs premiers sons, les nourrissons sont très conscients du langage.

À la naissance, ils peuvent faire la distinction entre leur langue maternelle (entendue depuis l’utérus) et d’autres langues, ils peuvent faire la différence entre les syllabes entendues comme /pa/ et /ba/ et, dès 8 mois, ils segmentent le flux d’un discours extérieur en mots séparés. Cependant, bien qu’ils soient occupés à décortiquer la langue qu’ils entendent dès le début, il leur faut beaucoup plus de temps pour commencer à produire leurs propres sons et mots.

Le babillage commence vers 5-6 mois, lorsque les bébés s’entraînent de façon répétée à émettre différents sons. Cependant, malgré tout cet entraînement pour produire des sons, il faut encore 3 ou 4 mois avant que la plupart des nourrissons ne produisent un mot reconnaissable.


Pourquoi faut-il autant de temps ?

L’une des raisons est simplement liée à la difficulté de développement de leurs facultés d’articulation, qui permettront aux bébés d’adapter leur bouche à la prononciation des sons qui constituent les mots. En effet, très tôt, la motricité générale des nourrissons est en avance par rapport à la motricité fine, nécessaires pour contrôler l’articulation.

Il faut plusieurs mois pour que l’appareil articulatoire se forme afin qu’il puisse prononcer de l’anglais, du français ou du japonais, selon la langue de son environnement. Les muscles de son système articulatoire sont malléables et se façonnent progressivement selon la langue qu’ils entendent et essaient de produire. Le babillage joue donc un rôle crucial dans le façonnement de nos systèmes articulatoires. Mais les nourrissons communiquent efficacement, bien avant de produire ces premiers mots magiques. C’est là que les gestes jouent un rôle essentiel.


L’importance des gestes dans la communication

En plus de la parole, nous utilisons naturellement les gestes. Observez simplement vos amis discuter et notez combien ils bougent leurs mains en parlant. On a longtemps pensé que seuls les Italiens gesticulaient, mais des études attentives des Britanniques, soi-disant « réservés », démontrent qu’eux aussi utilisent beaucoup de gestes pour accompagner la parole. Avez-vous déjà essayé de ne pas bouger du tout en parlant ? Vous découvrirez que cela peut même ralentir votre discours, car le geste est un accompagnement naturel de la parole.

Quels sont les premiers gestes de l’enfant ? 

Les gestes tendent à être assez transparents, c’est-à-dire qu’ils ressemblent à la signification voulue. Par exemple, si vous souhaitez faire le geste de manger, vous allez lever les doigts à votre bouche et bouger les lèvres pour imiter l’acte de manger, tandis que le mot « manger » n’évoque pas l’acte en lui-même. D’autres gestes tendent à être plus conventionnels, comme agiter la main pour dire au revoir. L'inventaire MacArthur du développement de la communication, utilisé par des psychologues de 39 pays, considère les 12 gestes suivants comme les signes de communication spontanée les plus couramment utilisés par des nourrissons à un stade de développement précoce, généralement vers la fin de la première année.
  • Il tend le bras pour montrer aux parents ce qu'il a dans la main pour dire « Regardez ce que j'ai là ».
  • Il désigne quelque chose (en tendant le bras et l'index), un objet ou un événement intéressant, pour dire « Prêtez attention à cette chose intéressante avec moi ».
  • Il tend le bras et donne à l'un de ses parents un objet qu'il tient, pour dire « Prends cela ».
  • Il fait un signe d'au revoir quand quelqu'un part, pour dire « Au revoir ».
  • Il tend les bras vers le haut, pour dire « Je veux que tu me prennes dans les bras ».
  • Il secoue la tête de gauche à droite, pour dire « Non ».
  • Il hoche la tête de haut en bas, pour dire « Oui ».
  • Il place ses doigts sur ses lèvres fermées, pour dire « Câlin ».
  • Il demande quelque chose en tendant le bras et en ouvrant et fermant la main, pour dire « Je veux ça » ou « Ouvre ça ».
  • Il envoie des baisers aériens de loin, pour dire « Je t'aime bien ».
  • Il fait claquer ses lèvres avec gourmandise, pour dire « C'est bon ».
  • Il hausse les épaules et/ou montre la paume de ses mains, pour dire « Il n'y en a plus » ou « C'est passé où ? ».

La plupart des enfants font ces gestes vers la fin de la première année jusqu'à l'âge de deux ans et demi. Bien sûr, le bébé apprend un grand nombre de ces gestes à travers les gestes naturels qui accompagnent le langage parlé de ses parents. Mais pour qu’ils fassent partie intégrante du système de gestes naturel de l’enfant, ils doivent se produire spontanément et ne pas être une imitation immédiate de ce que le parent vient de faire. Ainsi, par exemple, si vous faites un geste d’au revoir et encouragez votre bébé à vous imiter, ce geste ne compte pas encore. Il ne compte comme geste à part entière que si votre enfant le produit spontanément lorsque quelqu’un quitte la pièce, sans que vous ayez à l’encourager à faire ce geste.

Désigner, un geste de communication précoce capital

Dans la liste ci-dessus, nous avons mentionné la tendance commune des nourrissons à désigner un élément avec le bras et l’index tendus. Fait intéressant, pointer du doigt un élément est un geste spécifique à l’humain. Ce geste commence à être correct à environ 9 mois, lorsque le bébé maîtrise la préhension à deux doigts. Avant 9 mois, les bébés ont tendance à tendre leur bras avec le poing fermé, essayant généralement d’obtenir quelque chose qui les intéresse. Les psychologues appellent ce geste « désignation instrumentale ». Toutefois, en pointant quelque chose de l'index, l'enfant peut aussi chercher à dire : « Regarde, il y a là-bas quelque chose d'intéressant qui se passe et que je veux partager avec toi ». C’est ce que nous appelons la « désignation déclarative », qui apparaît vers la fin de la première année. C’est une réelle étape. Encore une fois, c’est la réaction intéressée des parents pour ce geste qui aide le bébé à répéter les gestes de désignation.

Baby Signs

Est-il possible de capitaliser la tendance naturelle du bébé à faire des gestes afin d’améliorer la communication entre le parent et le jeune bébé ? C’est précisément la question que certains psychologues pour enfants se sont posée. Ils se sont demandé s’il était possible d’apprendre aux bébés à utiliser leurs mains pour communiquer durant la période pendant laquelle leur bouche est toujours incapable d’émettre des paroles. En d’autres termes, ils se sont demandé s’ils pouvaient tirer profit de la dextérité manuelle des enfants, qui est censée être plus précoce que les capacités verbales. Il en a résulté « Baby Signs », une amélioration gestuelle pour la communication entre l’enfant et les parents.

Qu’est-ce que Baby Signs ?

Tout d’abord, Baby Signs n’est pas une langue, mais un auxiliaire symbolique du langage oral. Baby Signs se compose d’une liste de gestes manuels inventés transparents, c’est-à-dire qu’ils ressemblent fortement à l’objet ou à l’événement auquel ils font référence. Pour donner un exemple concret, le code Baby Signs pour « J’ai faim » s’effectue en se léchant les babines et en frottant la main sur l’estomac ; « j’ai sommeil » s’effectue en pointant les deux index vers le haut, au-dessus des yeux ouverts, puis en faisant tomber les doigts et en fermant les yeux. Certains codes Baby Signs sont empruntés à la langue des signes, en particulier ceux qui sont transparents. Mais, contrairement à la langue des signes qui associe rapidement beaucoup de signes pour faire des phrases complètes, comme toutes les langues parlées, Baby Signs ne comporte pas de richesse grammaticale, mais implique la simple utilisation de mots isolés ou, au maximum, d’énoncés enfantins de 2 à 3 mots, comme « moi sommeil ».

Ce que Baby Signs n’est pas

Baby Signs n’est pas une langue. Cette méthode est très différente de la Langue des Signes de Belgique Francophone (LSFB), par exemple. La LSFB est un langage humain à part entière, avec un vocabulaire riche et une grammaire complexe. Tout ce que vous dites en langage parlé peut être exprimé en véritable langue des signes, même les idées très abstraites ou hypothétiques. La position des mains, du visage et du corps participent tous à la langue des signes. La forme et la position des mains dans l’espace jouent un rôle essentiel. On peut même « chuchoter » en langue des signes : il faut garder les mains dans un petit espace au-dessus des genoux, réduisant ainsi l’espace de signature habituel (un espace hémisphérique devant la personne).

Comment utiliser Baby Signs ?

Il est important de noter que les bébés ne peuvent maîtriser les mots et Baby Signs qu’une fois que les compétences cognitives appropriées, comme l’attention conjointe, sont en place. En d’autres termes, le bébé doit être capable de maintenir le contact oculaire avec le parent, de suivre son regard vers un objet nommé et/ou désigné, et de réaliser que le mot/signe Baby Signs que le parent utilise doit se rapporter à cet objet ou événement.

Ces capacités se développent lentement au cours de la première année de vie. Bien sûr, on peut apprendre aux jeunes bébés à imiter directement les sons ou les signes de Baby Signs, mais s’ils ne les utilisent pas symboliquement, il ne s’agit que de modèles moteurs, qui n’ont que peu de choses à voir avec le sens.

À quel âge l’utiliser ?

Selon ceux qui ont utilisé la méthode Baby Signs, bien qu’elle puisse être appliquée vers 6 ou 7 mois, elle est mieux acceptée si on l’utilise vers 11 mois, lorsque l’enfant produit beaucoup de sons et attire clairement l’attention des autres sur des éléments de son environnement. Tout signe de bébé s'accompagne toujours du langage parlé. Par exemple, maman pourrait dire « Tu as sommeil ? » tout en faisant le signe Baby Signs du sommeil. Dans tous les cas, les parents sont encouragés à utiliser des mots et des signes Baby Signs simultanément. Ces symboles communicatifs n’ont pas pour but de remplacer des mots parlés.

On perçoit plutôt la méthode Baby Signs comme des « gestes améliorés ». En d’autres termes, Baby Signs s’appuie sur une tendance naturelle, mais plus limitée, à utiliser symboliquement des gestes. Les parents utilisent naturellement beaucoup de gestes lorsqu’ils parlent à leur bébé : des gestes d’au revoir, de bisou, d’embrassade, pour indiquer qu’il n’y a plus rien, etc. La méthode Baby Signs a simplement exploité cette tendance naturelle.


Tous les enfants apprennent-ils la méthode Baby Signs de la même façon ?

Les études de la méthode Baby Signs indiquent qu’il existe des différences individuelles très importantes, selon que les enfants utilisent Baby Signs ou non. Pour les 5 à 15 premiers symboles gestuels, il s’avère que :

  • certains enfants parlent tôt et démontrent peu d’intérêt pour la plupart des signes gestuels ;
  • certains enfants sont prolifiques en paroles et en signes Baby Signs simultanément ;
  • certains sont lents dans les deux.

Chez presque tous les enfants exposés aux deux, il existe une période au cours de laquelle les signes et la parole sont utilisés en complément l’un de l’autre. Les enfants tendent à utiliser les signes pour certains éléments et les mots pour d’autres. « Fleur » est un mot difficile à prononcer, à cause de la consonante /fl/ au début du mot. Ainsi, les enfants qui ont appris la méthode Baby Signs peuvent préférer le signe pour « fleur » (un simple geste consistant à sentir sa main) au lieu d’essayer de prononcer le mot difficile. Dans d’autres cas, ils préfèrent les mots parlés. Enfin, les études démontrent que l’utilisation de la méthode Baby Signs décline rapidement entre 19 et 26 mois, puis disparaît chez la plupart des enfants.

L’introduction de Baby Signs est-elle néfaste ?

Les études indiquent clairement que, même si Baby Signs n’accélère pas particulièrement le langage, il n’empêche absolument pas l’acquisition du langage parlé. Bien sûr, la plupart des mamans parviennent très bien à interagir avec leur bébé sans Baby Signs. Elles apprennent rapidement à reconnaître ce que signifient les différents cris de leur bébé. Les parents et le bébé semblent se comprendre au cours des premiers mois, malgré la barrière du langage parlé.

Mais, si les parents décident d’utiliser Baby Signs, ils doivent s’entraîner à pratiquer les signes et à bien les maîtriser avant de les présenter à leur bébé, afin que ces signes constituent un accompagnement parfaitement naturel de la parole lorsqu’ils sont utilisés. Par-dessus tout, il est important pour les mères et les pères de parler et d’interagir avec leur bébé naturellement, et non sur un ton d’enseignement.

Nouvelle utilisation

Enfin, Baby Signs peut s’avérer utile s’il existe un historique familial de handicaps de langage ou de début de langage tardif, particulièrement chez les garçons. Il est important de se souvenir que les formes de langage gestuel, comme Makaton, sont utilisées depuis de nombreuses décennies auprès des enfants présentant des troubles de l’apprentissage. Dans cette optique, Baby Signs n’est pas une nouvelle invention. C’est son extension vers les enfants visiblement en cours de développement et sans handicap qui est nouvelle.

L’utilisation de Baby Signs améliore-t-elle l’interaction sociale ?

Certains affirment que l’utilisation de Baby Signs améliore l’interaction sociale entre l’enfant et le parent, mais il est difficile d’évaluer ces affirmations en raison d’un manque de groupes de contrôle corrects et d’échantillons de petites tailles. S’il était vrai que les signes améliorent l’interaction sociale et rendent les enfants moins frustrés, les enfants malentendants de parents malentendants utilisant la langue des signes devraient être moins frustrés que les enfants entendants et ne pas traverser une étape des deux ans terrible ! Mais aucune donnée ne vient appuyer cette idée. Bien que certains parents aiment utiliser Baby Signs, d’autres indiquent qu’ils trouvent la méthode plutôt artificielle et l’abandonnent après un moment. Il est ainsi conseillé de n’utiliser Baby Signs que si vous, en tant que parent, trouvez cette méthode très naturelle. En effet, chaque fois qu’un parent doit réfléchir soigneusement à ce qu’il essaie de transmettre à son enfant, ce n’est pas naturel. Plus important, Baby Signs ne doit jamais être vu comme un moyen, par exemple, d’augmenter le QI, car le parent basculerait alors dans un mode d’enseignement et n’utiliserait pas Baby Signs comme un moyen gestuel naturel pour améliorer les joies de la communication.

Que faut-il en retenir ?

Utilisée naturellement, la méthode Baby Signs est un complément gestuel divertissant à la parole, mais ne doit en aucun cas remplacer la parole, les livres ou les jeux. Bien qu’il n’existe aucune recherche sur les gestes pendant le sommeil, il est très probable que le cerveau consolide l’apprentissage gestuel au cours du sommeil et que les bébés s’entraînent à exercer certains de leurs signes communicatifs.

 

Une histoire touchante

Une histoire particulièrement touchante nous vient d'une mère américaine dont le tout-petit faisait beaucoup de signes. 
« Il a inventé lui-même le signe de lampe de poche : il tient sa main droite à environ 10 cm du visage, paume tournée vers lui, doigts écartés, et agite la main d’avant en arrière, entre son oreille et sa bouche. C’est un signe distinctif et c’est le seul qu’il utilise pour la lampe de poche (quelques-uns de ses signes ont plusieurs significations : il en utilise un identique pour feu, jus et papillon, on s’y perd parfois !). Il utilise le signe de façon cohérente dès qu’il voit une lampe de poche, dans la vraie vie ou dans les livres. Je ne l’ai jamais regardé dormir auparavant. Je ne sais donc pas s’il le faisait par le passé, mais j’ai été vraiment impressionnée. Et comme il a fait le geste deux fois à un écart d’environ une minute et demie, cela ne semblait pas aléatoire, mais plutôt une réponse à ce dont il rêvait. Il a actuellement environ 30 signes dans son vocabulaire... Je crois que je vais devoir l’observer davantage la nuit pour savoir de quoi d’autre il rêve ! »

Interactions et divertissement

Si les parents réussissent à l’utiliser tout à fait naturellement, Baby Signs peut mener à des interactions riches et à du divertissement avec leur enfant. Par-dessus tout, nous voulons que nos bébés soient actifs et joyeux, qu’ils deviennent peu à peu des communicateurs autonomes et qu’ils s’engagent dans de riches dialogues avec les autres. Que cela s’effectue par la parole ou les gestes naturels, ou par la parole et Baby Signs, est une question de choix personnel.


Ceci pourrait également vous intéresser :

Lingettes

Lingettes Pampers® Sensitive

Testées dermatologiquement pour être douces avec les peaux sensibles.